Palabres Culturelles Internationales

Rencontres internationales de jeunes et d'artistes
du 1er au 21 juillet 2011
A Tananarive / Majunga (Madagascar)
SOUS L'EGIDE DE L'UNESCO
Sur les traces des Surfs, J.J. Rabéarivelo, Flavien Ranaivo

Concours talents de la musique

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

Le mot du directeur général

 

Thierry Sinda

 

Le devenir de notre monde se prépare aujourd’hui avec nos jeunes.

 

En lançant les Premières Palabres Culturelles Internationales, nous caressons l’ambition  de rapprocher les peuples  en vue de la création d’un monde pluriel et solidaire.

Etant donné que les jeunes du monde entier sont les artisans de la construction du monde de demain, nous proposons que ceux-ci  se rencontrent autour d’animations culturelles et sportives. Dès lors,  de ces échanges, placés sous le sceau de la mixité géographique et sociale, naîtra  un dialogue des cultures propre à bâtir un monde meilleur où la tolérance et le respect de l’Autre occuperont une place de choix.

Nous avons pris le parti de faire des rencontres entre jeunes du monde entier, et entre les jeunes du monde entier et les créateurs professionnels en résidence. Nos rencontres revêtent, par conséquent, à la fois un caractère international et un caractère intergénérationnel.

Par esprit de symbolisme et d’enseignement, les Palabres Culturelles Internationales se tiendront dans la ville où le village natal d’un créateur humaniste (Homme de lettres, artistes, savants etc.) dont la vie fut vouée au rapprochement entre les peuples et au dialogue des cultures.

Pour notre première édition nous avons choisi le poète malgache Flavien Ranaivo. Dans l’épiphanie culturelle du donner et du recevoir parisien  du monde africain et malgache des années 40, il représente la réhabilitation de la culture malgache à travers le véhicule de la langue française. Il sut puiser à la source malgache des hain-teny. (Ceux-ci ont été popularisés dans le milieu intellectuel français dans les années 10 par Jean Paulhan). C’est à ce titre qu’il fait partie avec Jacques Rabémananjara et Jean-Joseph Rabéarivelo des trois malgaches retenus par Senghor dans son anthologie de la poésie nègre et malgache préfacée par Jean-Paul Sartre. L’anthologie de Léopold Sédar Senghor  fut un manifeste de la négritude dans le sens où il participe de la revalorisation de la culture nègre et malgache. Cet ouvrage  créait un double dialogue tout d’abord entre les Africains, descendants d’Africains et Para-Africains puis entre ce groupe de colonisés et le reste du monde. En ce sens, ils contribuèrent  à une libération culturelle tout en posant un humanisme noir.

Notre manifestation comporte 4 volets : une mise en rapport entre l’œuvre du poète Flavien Ranaivo et le lieu natal dans lequel il a baigné, des ateliers de création pour les jeunes, des auteurs en résidence, et des prestations d’artistes professionnels et en herbe venant du monde entier.

• La mise en relation entre l’homme et son milieu nous permet de retracer l’itinéraire géographique de Flavien Ranaivo à travers les lieux qui l’ont vu naître, tout en faisant ressortir ce qui a pu l’influencer dans ses créations. Cela nous amènera tout naturellement à restituer le poète dans un contexte culturel et historique.

• Les jeunes répartis en atelier, en tenant compte de leurs appétences et d’une mixité d’origines géographiques, travailleront à la création d’un produit final, lequel sera présenté ou exposé à la fin des rencontres dans un centre culturel. Cela a pour but de mettre en avant les qualités d’adaptabilité et le respect de l’Autre. Nous envisageons des ateliers d’écriture, de vidéo, de photo, d’internet et de musique.

• Les auteurs littéraires et musicaux en résidence pendant deux mois s’imprégneront d’impressions et de culture malgache. Le produit créé au cours de leur résidence devra en être un libre reflet. Les poèmes et nouvelles ainsi rédigés, par les auteurs en résidence, feront l’objet d’une publication collective ultérieure. Les artistes musiciens en résidence, qui seront dans un processus d’échange créatif avec des artistes musiciens malgaches, présenteront l’aboutissement de leur travail en commun. Durant les deux dernières semaines les créateurs contribueront à l’animation des ateliers jeunes.

• Tout au long de ce séjour culturel et pédagogique en terre malgache les jeunes assisteront à des spectacles de danses traditionnels, de musique, de théâtre, de contes et de récitals poétiques. Des programmes de films et de conférences compléteront utilement leur loisir.

 

Bien évidemment, la découverte de la géographie physique, humaine et sociale de Tananarive et de ses environs occupera une place majeure. Pour aider à la compréhension de ce que les jeunes auront découvert, lors des sorties ou des excursions, nous instituons le « groupe de palabre ».
C’est à cet enrichissement, où se mêle l’esprit de découverte et celui du donner et du recevoir, que nous convions l’internationale des créatifs de tout âge dont le but est de permettre à chacun de s’ouvrir à l’Autre et de se mettre en réseau pour la réalisation de projets futurs dans des domaines aussi variés que la culture, l’éducation, la santé, l’énergie propre ou tout autre projet de micro-développement durable.

 

Merci à tous nos partenaires institutionnels et privés qui par leur soutien nous permettent chaque jour, un peu plus, de donner vie à notre projet humaniste, lequel est une petite pierre lancée dans la direction d’un monde meilleur.

 

Rendez-vous en juillet 2011 à Tana !!!

Fait à Paris, le 1er juillet 2010

Le directeur général

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le But des Palabres Culturelles Internationales

Contribuer à faire grandir les jeunes en adultes responsables vivant dans un monde solidaire et pluriel

 

petite fille écrivant

 

• Connaissance et  respect de l’Autre et de l’environnement
La connaissance de l’Autre et de sa culture est une excellente leçon de vie  menant au relativisme culturel. L’intolérance et la méconnaissance de l’Autre sont à l’origine de bien des conflits de par le monde. Le dialogue des cultures permet de lutter contre les préjugés et le racisme en construisant un monde solidaire et pluriel.
Sur le plan environnemental, il est majeur que les plus jeunes acquièrent au quotidien les bons gestes et les bonnes pratiques pour contribuer à préserver un environnement qu’ils légueront à leur tour à leurs enfants.

• Esprit de curiosité et découverte de soi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aller vers l’Autre est un enrichissement incomparable tel qu’en témoigne les nombreux artistes de Matisse à Picasso qui ont fécondé l’art européen au contact de l’Océanie ou de l’Afrique .Aller vers l’Autre, c’est souvent aussi aller vers soi-même, vers sa propre société pour mieux comprendre le contrat social qui nous lie. La confrontation à des univers nouveaux permet de développer la qualité d’adaptation, laquelle est majeure dans nos sociétés en pleine mutation.

• Solidarité internationale
Nous vivons dans un village planétaire et, malgré les apparences, les agissements des uns et des autres ont des interactions tel qu’en témoigne la production excessive de gaz à effet de serre des pays du Nord qui provoque un réchauffement climatique dans les pays du Sud. Nous appartenons tous à l’espèce humaine et personne n’a choisi de naître dans un pays en développement ou dans un pays riche. Au cours de nos rencontres les jeunes se tisseront un réseau international qui sera peut être la base de futurs microprojets de développement adaptés aux réels besoins locaux.

 

Palabres Culturelles Internationales - Copyright © 2010   Thierry Sinda - Philippe Gateau - Valério Truffa