Palabres Culturelles Internationales

Rencontres internationales de jeunes et d'artistes
du 1er au 21 juillet 2011
A Tananarive / Majunga (Madagascar)
SOUS L'EGIDE DE L'UNESCO
Sur les traces des Surfs, J.J. Rabéarivelo, Flavien Ranaivo

Concours talents de la musique

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Madagascar Pharmacopée

 

Les bienfaits de la vanille

La vanille

Venue tout droit d'Amérique, la vanille nous parfume et agrémente nos recettes mais elle renferme également une multitude de bienfaits !

Origine

La vanille est avant tout une épice, c'est le fruit de plantes appelées orchidées. Elle était déjà utilisée du temps des Aztèques qui la savouraient avec du cacao et du miel et sera redécouverte par les Espagnols au XVIe siècle. Aujourd'hui, la vanille est produite en grande quantité, 2000 tonnes par an et elle est essentiellement cultivée à Madagascar, en Indonésie, à la Réunion et à Tahiti.

Ses bienfaits

Délicieuse dans les gâteaux et les yaourts, des études scientifiques ont pu démontrer les nombreuses vertus de la vanille. Elle aurait notamment des effets antioxydants mais sachez surtout que la vanille est un allié pour les intestins délicats. Elle facilite notamment la digestion et permet également de réguler l'appétit.

Par ailleurs, reconnue pour stimuler le système nerveux, l'huile essentielle de vanille est préconisée en cas de dépression ou d'hystérie. Elle aurait également des vertus pour lutter contre les rhumatismes, la mélancolie mais également en cas d'une baisse de la libido.

Du côté de la beauté, la vanille a également de nombreux atouts. Elle est purifiante, hydratante et nourrissante. Alors n'hésitez pas à faire mainmise sur les produits de beauté qui en contiennent !
Enfin, sachez que la vanille peut être consommée sous diverses formes : poudre, sirop ou infusion !

Excite.fr, dimanche 2 janvier 2011

 

Les plantes « guérisseuse » de Madagascar

En 2010, les plantes restent prisées par les Malgaches pour se soigner. Brutes ou transformées, ces plantes médicinales ont la vertu de guérir certaines maladies chroniques et saisonnières depuis des siècles. Aujourd’hui, les tradipraticiens lèguent ce savoir à leurs successeurs qui apprennent à leur tour à connaître les principes actifs présents dans les plantes. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 70% des Malgaches ont recours à la médecine traditionnelle dans les zones enclavées.

Avec ses quelques 12 000 espèces de plantes aromatiques et médicinales, Madagascar est considéré comme un véritable sanctuaire pour les pharmacologues. Sa flore endémique est  l’une des plus riches et des plus diversifiées au monde, ce qui lui vaut d’ ailleurs la réputation d’être un gros consommateur de « tambavy » (infusion) et de « ravin-kazo » (plantes médicinales).

Dans le respect de cette tradition, certaines tisanes sont présentées comme étant antidiabétiques, certaines racines et fleurs servent de traitement pour faire baisser la tension artérielle. La pervenche, plante curative, est aussi reconnue pour ses propriétés « coupe-faim ». Elle est également utilisée comme vermifuge ou comme désinfectant et agit contre les piqûres d’insectes…

Dernièrement, les chercheurs malgaches ont déclaré avoir trouvé un remède à l’infection VIH/ SIDA, grâce aux plantes médicinales locales dont l’endémicité a facilité les travaux des chercheurs. Ces derniers militent activement pour l’amélioration de la médecine traditionnelle malagasy.

Les plus grandes figures du secteur sont, entre autres, le défunt et célèbre professeur Albert-Rakoto Ratsimamanga et le fondateur du Raokandro Imahagaga, Ravelo Augustin ou Rira. La nouvelle génération comme Jean Claude Ratsimivony d’Homéophama met les plantes miraculeuses de la Grande île au diapason de la modernité en créant des emballages plus luxueux.

Extrait de l’Express de Madagascar, hors série, juin 2010

 

Tenue à Madagascar de la 5ème conférence internationale sur l’artémisinine

La 5ème conférence internationale sur l’artémisinine, une plante venue de la Chine servant à la fabrication des médicaments contre le paludisme, doit prendre fin jeudi à Antananarivo, capitale malgache.l'artémisinine, plante venue de Chine

Cette conférence, sous le thème « l’Artémisinine, un médicament de l’avenir », a réuni tous les producteurs de la plante venant de différents pays comme la Chine, le Vietnam, l’Inde, la Tanzanie, le Kenya, l’Ouganda ainsi que les producteurs de médicaments à base de cette plante qui sont reconnus par l’Organisation mondiale de la Santé.

Cette conférence a pour but de sensibiliser les paysans malgaches à la production de cette plante. Quelque 6000 paysans malgaches travaillent actuellement avec la société Bionexx pour sa culture sur les terrains de 1000 hectares.
La société Bionexx pourrait exporter près de 5 tonnes d’artémisinine finie par an car elle possède déjà son usine de transformation à Fianarantsoa, une ville située au sud de Madagascar. Cependant, pour sa première livraison de cette année, elle exportera 3 tonnes vers les laboratoires étrangers comme CIPLA et SANOFI.

Cette conférence tombe bien à pic dans la lutte contre le paludisme, car cette maladie figure parmi les premières causes de morbidité et de mortalité chez les enfants de moins de 5 ans après les maladies diarrhéiques à Madagascar.

Xinhua, Afriscoop.com, jeudi 14 octobre 2010

 

Palabres Culturelles Internationales - Copyright © 2010   Thierry Sinda - Philippe Gateau - Valério Truffa